Fin de saison

© Radioshack-Nissan-Trek

Bonjour à tous,

Comme je ne vous ai plus donné de nouvelles depuis la dernière étape de la Vuelta, il m’a semblé que le moment était venu de vous tenir informés.

Il y a trois semaines, au lendemain de l’arrivée du Tour d’Espagne, j’étais extrêmement déçu d’apprendre ma non-sélection pour les Championnats du monde. Il y avait aussi beaucoup d’incompréhension alors que j’avais eu, pendant la Vuelta, une discussion franche avec le sélectionneur national et que je ne doutais pas de faire partie des neufs pour Valkenburg. Il m’a fallu quelques jours pour accepter la situation et pour me rendre à l’évidence sur le fait que ma saison était terminée.  Ne pas courir pendant trois semaines à cette période de l’année m’aurait empêché d’être performant en Lombardie.

Néanmoins, j’ai continué à m’entraîner pour le plaisir. Je suis parti quelques jours dans le sud de la France où j’ai joué les « sparring partner » pour quelques amis coureurs qui ont encore des objectifs cette saison, Trisan Valentin et Geoffroy Lequatre notamment.

Ce 1er octobre marque le début de ma période de repos. Comme chaque année, je vais oublier le monde du vélo et la vie de coureur pro pendant 4 semaines. Cela va permettre à mon corps et mon mental de se régénérer.
Même si je n’ai pas rempli tous mes objectifs cette saison, j’ai quand même vécu une année pleine qui m’a coûté beaucoup d’énergie.  Si je devais avoir un seul regret, ce serait sans doute le Tour d’Espagne où j’étais proche de mon niveau de 2011 mais où je n’ai jamais eu un super jour qui m’aurait permis de faire un bon en avant au classement.

Et même si on est encore très loin des premières courses de 2013, j’ai déjà envie de rouler un programme similaire aux années passées en jouant les premiers rôles sur toutes les courses par étapes.
Et pour ceux qui en douteraient encore, je peux vous assurer que mon équipe Radioshack Nissan Trek est sur de bons rails pour l’année prochaine. Il est vrai que cette saison n’a pas été simple collectivement avec tous les soucis de santé des leaders et le manque de résultats. Cependant, j’ai la conviction que 2013 sera une grande année pour nous. Chacun a déjà pris conscience des ses erreurs et contrairement à ce que les gens pensent, nous sommes un groupe très soudé. Les stages hivernaux sont déjà programmés, ce qui va permettre à tous de partir en vacances l’esprit serein.

J’espère aussi que vous viendrez nombreux à la soirée du Fan Club le 17 novembre. Ce sera la 6ème édition et comme l’année dernière, la fête aura lieu à l’hôtel Ol Fosse d’Outh à Houffalize. Nous aurons l’occasion de discuter ensemble de la saison écoulée et à venir autour d’un verre et d’un bon repas.

Je vous souhaite à tous une belle semaine et je vous donne rendez-vous le 17 novembre.

Amitiés,

Max

Stage de Majorque

© Kristof Ramon

Je profite de ce retour à la maison et de cette journée de récupération pour vous donner quelques nouvelles fraîches.
Je suis donc rentré hier midi d’un stage de 12 jours sur l’île espagnole de Majorque. Ce périple avait initialement débuté par la présentation de l’équipe le vendredi 6 janvier dernier à Esch-sur-Alzette. Comme vous avez pu le lire ou le voir, cette présentation était un grand show à la hauteur des ambitions annoncées de l’équipe. Le nouveau maillot, encore secret jusque là, a été présenté comme il se doit. Certains disent qu’il est trop simple et pas assez innovateur. Personnellement, je le trouve très réussi. Selon moi, les designers racontent l’histoire récente de cette (ma) nouvelle équipe à travers leur création.

Le lendemain, nous nous sommes envolés pour Majorque. Dans l’après-midi, on a eu l’occasion de se dégourdir un peu les jambes avec une sortie de 2h afin d’être « frais et dispo » dès le dimanche matin qui sonnait comme le véritable début de ce stage. Dès le premier jour, le programme était en effet chargé. Mon test à l’effort sur hometrainer était prévu à 9h du matin. J’ai du me lever un peu plus tôt que d’habitude pour digérer mon petit déjeuner avant d’attaquer le protocole. Il s’agissait d’un test de paliers avec un début à 100 watts et une incrémentation de 40 watts toutes les 4 minutes, jusqu’à épuisement, avec prise de lactate à chaque palier. Les spécialistes apprécieront. Pour les coureurs, ces tests sont toujours très éprouvants physiquement et mentalement et parfois un peu contraignants mais ils apportent beaucoup d’informations très utiles pour la planification de l’entraînement moderne. Après ce test j’ai enchaîné avec 3h30 sur la route, ce qui m’a fait penser que ce stage débutait sur des bases élevées.
La suite a été en enchaînement de sorties courtes et intensives et de sorties plus longues en endurance. Les entraînements ont été réparti en 3 blocs de 3 jours avec 1 jour de récupération entre chaque bloc. Les sorties intensives, d’habitude très « studieuses » ont été agrémentées de quelques moments plus ludiques. On a fait quelques simulations de courses ainsi qu’un test sur le terrain. C’était une montée de 7,5km à 6% à effectuée comme un contre-la-montre individuel. C’est un exercice très difficile, surtout à cette période de l’année, mais ca permet à chacun de savoir où en est son état de forme. Pour ma part, je suis parfaitement dans le schéma que j’avais planifié avec mon entraineur et j’ai ressenti de très bonnes sensations tout au long de ce stage.
En totalité, on a roulé 50h sur 12 jours. Tous les coureurs de l’équipe ont maintenant une bonne base; certains pour commencer les courses, d’autres pour entamer une autre période d’entraînements encore plus intensive, comme ce sera le cas pour moi.

Maintenant que je suis rentré dans cette belle météo ardennaise, je vais prendre deux jours de repos avant de remonter sur le vélo pour des sorties relativement tranquilles. Dès mardi, je retourne à Majorque pour un nouveau camp d’entrainement qui m’amènera jusqu’à la première course de la saison qui sera, comme vous le savez, le Challenge de Majorque. Cette année la dernière étape devrait être annulée pour des raisons budgétaires. Il n’y aura donc que 4 épreuves au lieu des 5 habituelles. Je devrais participer à la première manche (un circuit plat dans Palma) et à la dernière (arrivée peu après un col de 15km). Mais tout ça doit encore être confirmé.

Je vous souhaite à tous un bon week-end

Max

Stage en Espagne

Bonjour à tous,

Je vous écris pour vous donner un peu de mes nouvelles, au retour du stage de Calpe.
Je tenais tout d’abord à vous remercier tous pour votre présence à cette belle soirée du 3 décembre à Houffalize.
Le lendemain, je suis donc parti pour 8 jours de stage à Calpe. L’accent a clairement été mis sur le sportif. Si on a eu quelques réunions avec les sponsors, on a surtout travaillé à améliorer notre endurance. J’ai donc pu rouler 28h de vélo en sept sorties. Nous avons eu des conditions climatiques très bonnes et le travail effectué a été de qualité. Les sensations que j’ai éprouvées s’amélioraient de jour en jour.
Je vais maintenant récupérer 2-3 jours avant de reprendre un cycle de travail qui sera axé sur le vtt.
Amicalement,

Max

Questions-réponses

© Leopard Trek - Hennes Roth

Du 6 au 26 juin, vous avez été nombreux à poser vos questions à Maxime. Voici ses réponses.

Préparation

Comment l’équipe Leopard Trek prépare-t-elle un contre-la-montre par équipe, comme par exemple, celui du Tour de France? L’avez-vous déjà fait ? Si oui, où ?
(Guy DEBLIRE – Daniel ENGELRELST)
Max : Au lendemain du Tour du Luxembourg, nous sommes restés deux jours sur place pour préparer cette épreuve. On a roulé dans la vallée de la Moselle. Le mercredi avant le Tour, nous irons repérer le parcours du contre-la-montre par équipe. Nous roulerons à allure course pour s’assurer que tout est bien en place.

Prends-tu des vitamines ou des minéraux ? Est-ce que ce sont les les médecins de l’équipe qui l’imposent ou peux-tu les choisir lui-même en fonction de son expérience ?
(Juste Simplet)
Max : L’équipe est sponsorisée par différentes marques de produits alimentaires pour sportifs. Nous avons donc le choix entre deux ou trois marques différentes. Pour ma part, j’utilise au quotidien les multivitamines de First Endurance. Après les courses et les entraînements durs, je prends la boisson de récupération Ultragen de First Endurance également.

Quelle est la journée « type » d’un coureur professionnel ?
(Clémence DUVIVIER)
Max : De mon côté, je me réveille vers 8h30. Puis je prends un petit déjeuner costaud. Je me laisse un peu de temps pour digérer avant de partir pour l’entrainement. En fonction du programme, je roule entre 2h et 6h. Du coup, la journée est plus ou moins longue après. Mais en rentrant de l’entraînement je fais toujours la même chose: douche, étirements et lunch. Après et en fonction de la fatigue, j’ai du temps libre. La plupart du temps je le passe avec ma famille mais c’est aussi l’occasion de satisfaire différents rendez-vous de la vie quotidienne. Dans la soirée, je mange vers 19h30 et je me couche vers 23h.

T’entraines-tu souvent en Belgique? Sur les parcours de la Flèche Wallonne par exemple?
(William DEGEMBE)
Max : Oui, je suis la plupart du temps en Belgique. Je vais rarement sur le parcours de la Flèche. Mes parcours préférés et qui sont pour moi les plus efficaces pour progresser se trouvent dans la région de Trois-Ponts. Là, je peux enchaîner les côtes sans repasser par des portions plates.

En course

Quelle est la journée type pour un coureur sur une course par étapes? Comment est gérée la logistique des bagages? Le coureur doit-il lui-même porter et transférer ses affaires?
(Nadine FRANCKE)
Max : Je l’explique en détails dans mon livre, mais je peux faire un résumé.
Nous nous levons 3h30 avant le départ, dans la foulée nous prenons un déjeuner copieux. Ensuite, nous retournons en chambre pour préparer les bagages qui sont prises en charge par l’équipe. Puis, nous nous rendons en bus sur le lieu de départ, nous sommes alors sur place une heure avant le départ. Nous avons assez de temps pour nous préparer pour la course et pour faire le briefing. Après la course, nous remontons dans le bus où on prend une douche et où on se restaure. Une fois rentrés à l’hôtel, nous allons au massage. Avant le dîner, il reste généralement un peu de temps pour appeler la famille. Nous passons enfin à table vers 21h et nous nous couchons vers 23h.

Dois-tu parfois attendre tes leaders, en course ? Par exemple, lors de la première étape du Tour de Suisse, as-tu dû attendre Andy Schleck lors de la montée finale ou bien était-ce trop difficile de suivre le rythme ?
(Jacques ROTH)
Max : Non, c’est très rare qu’un équipier attende un leader. Au Tour de Suisse, je n’ai pas attendu Andy lors de la 1ère étape. J’étais simplement dans un jour moyen et je me suis retrouvé par hasard avec lui dans les derniers kilomètres.

Au niveau du régime alimentaire, qu’est ce qui change en période de courses?
(Nadine FRANCKE)
Max : Rien. Le secret est justement d’avoir la même alimentation à la maison qu’en course. Il y a juste les quantités qui changent.

Qu’en est-il de l’échauffement de la course ? À quel moment le pratiques-tu ? et comment procèdes-tu ?
(Manuel LEMAIRE)
Max : Pour une course en ligne, il est très rare qu’un coureur pro s’échauffe. C’est sans doute une erreur mais personne ne le fait sauf pour un départ au pied d’une bosse. Pour les contre-la-montres, j’ai un protocole d’échauffement personnel qui dure 37 minutes. Je fais toujours le même.

Quand tu prends conscience de ce que tu fais comme travail, que ce soit l’année passée pour Cav’ ou cette année notamment sur L-B-L pour les Schleck ou encore aujourd’hui au Tour de Suisse où tu mènes un tempo d’enfer sur le dernier col, tu ne te dis jamais quand dans une équipe comme par exemple Omega Pharma Lotto ou Quick-Step, tu pourrais jouer un rôle de leader en montagne ou sur les classiques ardennaises et donc te battre avec ceux pour qui tu dois travailler en ce moment ?
(William DEGEMBE)
Max : Mon problème est que je peux rouler très longtemps à un rythme élevé, au seuil, mais que je n’ai que peu d’autonomie quand je passe dans le rouge. Dans le final de course, la différence se joue toujours sur une période de 1 à 3 minutes dans le rouge. Parfois, ça passe mais souvent c’est trop pour moi. Du coup je préfère aider un leader capable de gagner plutôt que de tenter un hypothétique top 10. Ce n’est pas par manque d’ambition mais une preuve de lucidité, je pense. J’aurai toujours ma chance sur des épreuves qui me conviennent comme le Tour d’Oman ou Paris-Nice cette année.

Équipe Leopard Trek

L’équipe Leopard Trek est-elle populaire ?
(Solène WYDAU)
Max : Je l’espère. Dans le cyclisme il y a une petite dizaine de stars. Il y en a trois chez Leopard Trek!

Quand tu participes à des grands tours ou des courses de plusieurs jours, avec qui partages-tu ta chambre ?
(Solène WYDAU)
Max : Cette année je suis en chambre avec Jakob Fulgsang. Chez HTC j’étais avec Tony Martin en 2010 et Kim Kirchen en 2009.

Comment est l’ambiance dans l’équipe, en sachant que l’équipe n’existe que depuis quelques mois ? Et avec qui tu t’entends le mieux ?
(Solène WYDAU – Clémence DUVIVIER)
Max : L’ambiance est très bonne. Je ne sais pas quelle en est la raison mais on rigole bien. Je m’entends bien avec tout le monde mais c’est vrai que je parle souvent avec Frank.

Est-ce que dans l’équipe, on met tout en commun en ce qui concerne son « secret » de préparation, ou chacun garde quand même son truc ? Il doit quand même y avoir un peu de compétition entre les coureurs de même niveau comme Gerdemann ou Fuglsang ?
(Juste Simplet)
Max : Nous discutons beaucoup entre nous. On partage les techniques d’entrainement. Mais nous sommes tous des coureurs d’expérience et je pense qu’aucun d’entre nous ne voudrait changer une méthode qui a fait ses preuves sur lui. Le coureur marche beaucoup à la confiance. Et en plus un entrainement qui fonctionne sur un coureur ne fonctionne pas forcément sur un autre.

Je sais que ce projet au Luxembourg te tentait, ce qui est normal vu la Dream Team que vous avez, mais être dans une équipe belge ne t’a jamais tenté?
(William DEGEMBE)
Max : Le cyclisme est un sport international. J’ai choisi une équipe où j’étais presque sûr de me sentir bien peu importe la nationalité. Ce n’est pas le cas actuellement en Belgique. J’espère que ça changera à l’avenir.

Supporteurs

Que penses-tu des nombreux supporters venant acclamer l’équipe sur le bord des routes ou près du bus lors d’une course ?
(Clémence DUVIVIER)
Max : C’est super. Ça montre que l’équipe est populaire. Ça donne une motivation supplémentaire, c’est certain.

Aimerais-tu que le fan club bouge un peu plus pour toi dans les courses pour te soutenir comme les deux voyages au tour de France ? Ne trouves-tu pas que l’on devrait organiser plus de sorties « supporteurs » ?
(Fabrice PONCELET – Vincent GOFFINET)
Max : C’est toujours sympa d’avoir des supporters sur une course, je l’ai toujours dit. Mais je sais aussi que ce n’est pas simple logistiquement. Mon désir est de garder un fan club familial qui correspond à mon image. On se prive donc parfois de grandes organisations faute de main d’œuvre et d’argent.

Tour de France

Pourras-tu jouer ta carte personnelle sur le Tour de France ?
(Maxime PAQUET)
Max : Je vais d’abord au Tour pour aider les frères à le remporter. Mais il est possible que je me glisse dans des échappées en montagne pour protéger l’équipe. Dans ce cas-là je pourrai jouer la victoire d’étape.

Max, après avoir suivi à la télévision l’étape du Tour de Suisse d’aujourd’hui, (6ème étape, jeudi 16/06), je suis étonné de ta performance. Tu as tiré le groupe toute la montée et Franck Schleck n’a pas profité de ton aide. Par contre, malgré ces efforts, tu termines avec les meilleurs. Ne penses-tu pas que tu es le plus performant de l’équipe actuellement ou bien est-ce une tactique en prévision du Tour de France, je veux dire par là que les équipiers travaillent comme au Tour et on voit qui est le plus apte à aider les frères Schleck ?
(Jacques ROTH)
Max : Comme je l’ai dit auparavant, je peux être très performant quand il s’agit de faire le rythme dans un col, sans me mettre dans le rouge, en choisissant ma propre vitesse, même si celle-ci est élevée. Je ne suis pas sûr que j’aurais été plus performant si, ce jour-là, j’étais resté dans les roues pendant la montée en subissant les attaques des adversaires.
Et en ce qui concerne cette sixième étape du Tour de Suisse, Frank me met plus de une minute sur la ligne alors que je n’ai pas coupé mon effort dans les deux derniers kilomètres.

Rêves

Quelle course rêves-tu de gagner ?
(Clémence DUVIVIER)
Max : Sans hésiter, Liège-Bastogne-Liège.

Vie privée

Comment les femmes des cyclistes (surtout professionnels ou à très bon niveau) font-elles pour vivre avec un coureur?
(nat77)
Max : Le coureur cycliste est avant tout un être humain qui a les mêmes besoins affectifs que n’importe qui d’autre. Simplement le métier de coureur est un peu particulier et il faut donc s’adapter aux voyages, aux contraintes de régime, aux sorties festives qui sont limitées, etc…
Au bout du compte je pense que je passe plus de temps avec ma famille qu’une personne qui travaille toute la semaine et qui ne voit ses enfants qu’une heure par jour. Les absences ne sont pas toujours simples à gérer mais Skype fonctionne très bien. Et au moins il n’y a pas de routine dans la vie familiale qui est rythmée par le calendrier des courses.

Team « Luxembourg », c’est parti…!

Bonjour à tous,
Cela faisait un petit temps que je ne vous avais plus donné de mes nouvelles. On s’était quitté sur cette belle soirée du 13 novembre.
Depuis j’ai évidemment repris l’entrainement. J’ai fait un mix de mountainbike, de vélo sur route et de gymnastique. J’ai aussi fait quelques heures de tennis et quelques footing.

Lire la suite…

Tour de FRANCE

Bonjour à tous,

Je reviens vers vous pour vous donner les dernières nouvelles « officielles ».

Lire la suite…

Stage de reconnaissance en montagne

Bonjour à tous,

Ca fait un moment que je ne vous ai pas donné de mes nouvelles. Je ne vous ai même pas encore remercié pour tous les messages que vous m’avez envoyé  après le Tour de Bavière. – Voilà qui est fait -. A ma décharge, je n’ai pas passé beaucoup de temps à la maison depuis mon retour d’Allemagne.

Après être rentré en Belgique le dimanche 30 mai en soirée, je suis reparti le mardi 1er juin pour un stage de reconnaissance des étapes du Tour. Pour ce début de stage, une partie de l’équipe préssentie pour juillet était présente. Nous avions établi nos quartiers dans la région de Genève. On a donc pu reconnaître toutes les étapes alpestres:  l’arrivée à la station des Rousses, l’étape de Morzine-Avoriaz et l’étape reine du col de la Madeleine.
Le vendredi 4 juin, la plupart des coureurs sont rentrés chez eux ou ont enchaîné avec le Dauphiné Libéré.
Pour ma part, en compagnie de Tony Martin, d’un kiné et de l’entraîneur, nous avons continué notre stage dans les Pyrénées. Après une journée de récupération le samedi 5 juin, on a continué nos reconnaissances le lendemain avec l’étape de Ax 3 Domaines. Lundi, depuis la ville de Saint-Girons, on a reconnu l’étape 15 qui se termine à Bagnères de Luchon. Dans la foulée, on a enchaîné avec le début de l’étape 16 et les cols de Peyresourde et d’Aspin. C’était une dure journée qui se terminait au pied du Tourmalet dans le village de Sainte-Marie-de-Campan.
Hier pour le dernier jour, on a commencé notre entraînement par le col du Tourmalet sur le versant de La Mongie. Ensuite on est redescendu de l’autre côté pendant quelques kilomètres puis on a fait demi-tour pour reconnaître l’autre versant où sera jugée l’arrivée de l’étape 17. On a terminé notre journée et notre stage par le col d’Aubisque.
Cette semaine de reconnaissance était vraiment très intéressante et ne pourra être qu’un avantage pour le mois de juillet.
Je vais maintenant passé deux journées tranquilles à la maison avant de repartir vendredi pour le Tour de Suisse qui débutera le lendemain par un prologue dans les rues de Lugano.

Bonne journée à tous

Max

Reprise de l’entraînement

Bonjour à tous,

La première partie de la saison est terminée depuis une dizaine de jours seulement. Cependant la seconde partie a déjà recommencé. En effet, après avoir pris 7 jours de récupération au lendemain de Liège-Bastogne-Liège, j’ai repris l’entraînement en début de semaine.

Lire la suite…

Impressions après Liège-Bastogne-Liège

Bonjour à tous,

La première partie de la saison s’est refermée hier avec Liège-Bastogne-Liège. Je n’étais pas dans un grand jour mais j’ai « tenté le coup ». Ce n’était sans doute pas la tactique la plus judicieuce de ma carrière mais il en aurait été autrement si d’autres coureurs m’avaient emboité le pas. Car évidemment, mon but n’était pas de partir seul. Mais une fois l’attaque lancée, il n’était pas question que je me relève. Au contraire, il fallait que je revienne rapidement sur l’échappée matinale. Il ne m’a manqué que 50 mètres dans le mont Theux.

Dans la côte de la Redoute, je me suis encore accroché mais par la suite, j’ai souffert de crampes dans le Hornay. C’en était fini pour moi.

Néanmoins, je vous remercie tous pour votre soutien tout au long du parcours. Comme chaque année vous avez été très nombreux à m’encourager.

Je vais maintenant prendre quelques jours de repos avant de commencer la préparation pour le Tour de France. Plusieurs stages de reconnaissance sont au programme. En ce qui concerne les compétitions, je participerai au Tour de Bavière, au Tour de Suisse et au Championnat de Belgique avant la grande boucle.
                                                                                   A très bientôt
                                                                                           Max

Retour sur le Pays-Basque… Projection sur les Classiques

Bonjour à tous,

     Voici déjà trois jours que le Tour du Pays-Basque est terminé et je ne vous ai pas encore donné mes impressions d’après course. Après quatre mois dans le sud, on ne se réinstalle pas dans un appartement en Belgique du jour au lendemain! Mais à l’heure actuelle, tout est en ordre. La récupération est presque complète après les efforts de la semaine dernière et la tête est déjà aux « Classiques »…

Lire la suite…